• Flynt, le rap en arabesques

    Publié le 29 octobre 2012 dans News / Portraits - commentaire(s).

    Il y a les artistes qui provoquent un coup de coeur et ceux qui deviennent des classiques presque à la première écoute. Flynt m’a tout de suite séduite par ses textes. On parlait de lui depuis quelques années comme l’une des plus belles plumes du rap français. Mais mieux, l’esthète fait partie de ces rares Mcs dont on découvre à chaque écoute de nouvelles subtilités linguistiques. Ici, pas de bling bling, pas de surenchère, juste de l’encre indélébile qui rappe dur et sincère. Forcément, son 1er opus, J’éclaire ma ville, m’avait laissé sur ma faim, persuadée que le rappeur originaire du 18ème arrondissement pouvait pousser son écriture encore plus loin. 5 ans plus tard, son second album arrive comme une cerise sur le gâteau, un petit supplément d’âme… Forcément, il fallait que je le rencontre ! Interview exclusive !

    Te rappelles-tu de ta 1ère rencontre avec le rap ?
    C’était avec H.I.P H.O.P et Rapline. Je regardais ces deux émissions à la télé quand j’étais petit.

    Qu’est-ce qui t’a plu en 1er dans cette musique ?
    La musique en elle-même, son style, le son, le rythme. Le fait que c’était nouveau aussi.

    Quand t’es-tu dit : je vais devenir un rappeur ?
    Jamais ! Je ne me suis jamais dit : « je vais ou je veux devenir rappeur ». Je suis tombé dedans comme ça.. Là où j’ai grandi tout le monde s’est essayé au rap à un moment donné. Certains ont arrêté ou n’étaient pas faits pour ça, d’autres ont continué plus ou moins sérieusement. Moi j’ai continué parce qu’on me disait que j’étais bon. Alors oui aujourd‘hui je sors un deuxième album totalement autoproduit, je sais rapper, j’essaie d’en faire le mieux que je peux mais ça n’a jamais été un objectif de vie et encore moins un rêve… Je considère que c’est une corde à mon arc, un savoir-faire que j’ai et que je cultive à fond. C’est comme un plus dans ma vie, je ne fais pas que ça.

    Tu as enchaîné les compiles et les maxis avant de sortir, en 2007, ton 1er album. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps ?
    Rien n’a jamais été forcé dans mon évolution dans le rap, j’ai décidé de faire un album quand il s’est imposé à moi parce que le moment était venu. Et puis faire un album ça prend du temps, c’est beaucoup de travail, un peu plus de 3 ans en ce qui me concerne pour le premier, pareil pour le 2ème.


    Ton 1er album parlait beaucoup de ta ville, Paris. Comment t’inspires-tu d’elle dans ton écriture ?
    Très naturellement… dans mes textes, je parle de ce que je pense, de ce que je ressens, de ce que je vis, je parle de ce que je connais donc de mon environnement.

    A l’époque de J’éclaire Ma Ville, on t’a présenté comme un proche de La Rumeur. Quelles sont tes points communs avec ce groupe bien à part au sein du rap français ?
    Je ne suis pas ce qu’on peut appeler un « proche » de La Rumeur, Ekoué et moi on habitait à 100 mètres l’un de l’autre pendant longtemps, alors on se croisait, on tapait la balle ensemble parfois et puis j’aime bien discuter avec lui, on s’entend bien. On a fait 2 titres ensemble à l’époque. Je connais très peu Philippe et pas du tout Hamé, ni Mourad. Ceci dit La Rumeur est un groupe que j’apprécie et le point commun que je pense avoir avec eux c’est d’être resté droit dans mes bottes depuis le début, ce groupe a une éthique et une démarche auxquels ils sont restés fidèles, ce ne sont pas des girouettes et je n’en suis pas une non plus.

    Sur Itinéraire Bis, ton « pote », c’est Orelsan. Pourquoi l’avoir choisi sur ce titre ?
    J’ai rencontré Orelsan par hasard dans un studio il y a près de 2 ans et demi, on a bien discuté, le courant est passé. On a échangé nos contacts. On s’est reparlé plusieurs fois avant que je lui propose qu’on fasse un titre ensemble sur mon album. Cela s’est fait de manière naturelle, on s’entend bien, c’est un mec bien et très professionnel en plus de ça. Alors quand j’ai voulu écrire un titre un peu plus léger, voire drôle pour mon album, j’ai pensé à lui, son style correspondait tout à fait au track que je voulais faire, il écrit très bien et puis surtout, encore une fois, on s’entendait bien. C’était devenu évident de lui proposer. Le thème nous l’avons choisi ensemble, l’instru aussi, ça a été un travail collaboratif.

    Flynt – Haut la main

    On retrouve sur ce nouvel opus ton goût pour la mixité musicale et, notamment, les boucles soul. As-tu travaillé cet album différemment, musicalement parlant ?
    Alors à propos de mon goût pour la mixité musicale heu bof.. je suis quelqu’un qui aime le rap quand ça sonne rap, tous les instrus d’Itinéraire bis c’est rap il y a peu de mixité je trouve même si les beatmakers présents sur l’album ont des touches et des façons différentes de travailler et de faire sonner leurs instrus. Et il y a peu voir pas du tout de boucle soul dans Itinéraire bis contrairement à J’éclaire ma ville.. Mais je n’ai pas travaillé cet album différemment du premier musicalement parlant. Parmi les instrus qu’on me proposait, j’ai choisi ceux que j’ai estimé être les meilleurs et ceux sur lesquels je me sentais le plus à l’aise ou qui m’évoquaient quelque chose. Il m’a fallu un peu plus de 3 ans pour trouver 13 instrus. Je n’avais pas de réelle direction artistique au niveau des musiques, je ne recherchais pas une couleur en particulier, j’ai marché comme toujours au feeling et je n’ai suivi qu’une seule direction, un seul objectif : faire mieux que le premier album et trouver des instrus fracassants qui fassent bouger les têtes. J’ai la chance d’avoir travaillé avec d’excellents beatmakers, Nodey, Soulchildren, Just Music, Angeflex et Fays Winner. Ce disque c’est aussi le leur.

    Tu aimes passer du temps à écrire tes textes, à les triturer. C’est pour ça qu’il y a 5 ans entre les deux albums ?
    Ecrire me prend du temps, je suis laborieux, pointilleux, perfectionniste. Je n’ai pas les capacités pour écrire vite et bien, ça m’arrive mais assez rarement. J’aime retourner une phrase, une rime ou une idée dans tous les sens oui mais j’aimerai quand même aller plus vite. Cela explique en partie le temps qui s’est écoulé entre les 2 albums, mais pas seulement. Après J’éclaire ma ville, je me suis consacré à la préparation des scènes et puis j’ai eu besoin de souffler et de vivre pour pouvoir me replonger dans mon quotidien et m’en inspirer. J’ai dit beaucoup de choses dans J’éclaire ma ville et pour écrire de nouvelles chansons j’ai eu besoin de vivre ma vie. Après, 3 ans pour faire un album, je parle d’un bon album, je ne trouve pas ça délirant. Enfin et c’est une raison importante, je suis producteur de ce 2ème album, j’ai tout coordonné et financé seul, en totale indépendance. Donc forcément ça prend plus de temps surtout avec un budget réduit.


    Pourquoi Itinéraire Bis ?
    Pour plusieurs raisons. Ce titre illustre le chemin que j’ai emprunté dans la musique. Je trace mon propre chemin, hors des sentiers battus et des autoroutes. Je vais moins vite que d’autres mais je suis libre. Et puis il y a le « bis », pour « deux », le 2ème album. Bis pour la dimension du rappel aussi. J’entend dire que c’est « le retour de Flynt », moi je dis que c’est un rappel, le rappel du public qui veut que je revienne sur scène pour donner une suite au spectacle, c’est le public qui m’a poussé à m’obstiner à faire ce 2ème album et je l’en remercie.