• Je suis allée faire un tour dans la tête de Redouanne Harjane

    Publié le 6 février 2012 dans La petite Madame du Hip-Hop, News / Portraits - commentaire(s).

    Vu sur scène lors de la Release Party de Youssoupha (comment je me la pète trop). Gros coup de coeur à m’étouffer de rire. Redouanne Harjane est clairement la chose la plus intelligemment drôle qu’il me soit arrivée ces derniers temps. Alors je fais tourner !

    J’avais déjà vu un de ses sketchs à la télé lors d’un spectacle de Jamel à Marrakech. J’avais adoré sa nonchalance, son mauvais esprit et sa petite chanson absolument affreuse où il racontait comment, petit, il faisait passer son grand-père pour un pédophile, juste pour se marrer un coup.

    Redouanne Harjane – Marrakech du rire 2011

    Je l’ai retrouvé le 25 Janvier sur la scène du Jamel Comedy Club, invité par le rappeur Youssoupha lors de la Release Party pour son dernier opus, Noir désir. Là, j’ai failli cracher ma bière sur mes voisins de devant tellement sa chanson d’amour carcéral, devant ce public de fan de rap, avait quelque chose de génialement décalé ! Le pire, c’est qu’il est tellement doué, l’oiseau, que sa petite mélodie au piano est restée dans ma tête et que j’ai continué à le fredonner, dans la queue du Monoprix (« ho, amour carcéral, ho ho », la tête des vieux !) pendant une semaine.

    Jamel Comedy Club, un soir glacé de fin Janvier

     

    Je n’ai donc pas pu m’empêcher d’emmener des potes, la semaine d’après, découvrir cet extra-terrestre de l’humour. Le froid glacé avait quelque peu refroidit les ardeurs des spectateurs et c’est en petit comité que nous nous sommes retrouvés dans la salle si chaleureuse du Comedy Club de Jamel. 1er rang oblige, on s’est fait tout petits pour éviter de se faire chambrer direct. Parce-qu’il a beau écrire ses spectacles avec une plume très assurée, ça ne l’empêche pas de bâcher tranquillement le public. Sa victime du soir (qui était aussi celle de sa très bonne première partie Noman Hosni) s’appelait Malik et avait de magnifique cheveux blond platine. Redouanne l’a donc surnommé, dés les premières secondes, « Sunshine ». Sublime.

    Le spectacle est à la fois réglé comme une pendule suisse de papier à musique et assez fouillis pour nous perdre avec plaisir. Redouanne est un roi du comique de l’absurde, enchaînant les réflexions personnelles sans aucun rapport les unes avec les autres, auxquelles on rit aux éclat avec un peu de recul, le temps d’être sûrs d’avoir tout bien compris . Parce qu’en plus d’être un musicien hors pair, ce faux grincheux fait partie de ces humoristes à la plume trempée dans le vitriol et à la tête bien pleine.

    Redouanne Harjane – Montreux

    J’avoue, je le catégoriserais bien, pour son incorrectitude politique (non, ça n’existe pas ce mot mais moi j’aime bien) et son cynisme truculent, dans la case des dignes successeurs de Dieudonné. Faux endormi-bourré-défoncé, Redouanne assène des horreurs à la chaîne (« des fois, quand je suis énervé, je m’amuse à jeter des côtes de porcs sur les musulmans. C’est cool ! Ils brulent! ») en bafouillant. Et même ses silences et ses balbutiements sont hilarants.

    Redouanne, c’est le genre de mec dont tu gardes en toi chacune de ses vannes. Et pendant des jours, dés qu’un pote lance un sujet, t’as envie de dire « oh, ça me fait penser à une vanne de Redouanne… » Mais tu la dis pas, racontée par toi, c’est tout moisi…